ViaRail : de Drummondville à Smith’s Falls en Classe Affaires

Dernière mise à jour : 14 août 2019


J’ai toujours aimé prendre le train. Avant-même de prendre le train pour la première fois, j’savais que j’aimerais ça. Mes seules expériences jusqu’à présent avaient été avec AmTrak, le réseau ferroviaire américain, pour partir de Montréal vers New York et en revenir. Quand la compagnie Le Boat m’a proposé de venir faire un tour de bateau sur le canal Rideau et m’a offert de me rendre en Ontario en train, le sourire m’a fendu jusqu’aux oreilles!


Le plan, initialement, c’était de partir de Québec très tôt le matin pour arriver, au final, à Smith’s Falls en début de soirée. Ça faisait une longue journée, mais ça me tentait. Pis là, j’ai allumé : entre Québec pis Montréal, y’a des gares, non? J’ai commencé à regarder la carte du réseau pour réaliser que le train faisait un arrêt à Drummondville. Dans les faits, pour moi qui pars de Trois-Rivières, c’était pas beaucoup moins long pour m’y rendre – j’ai sauvé un gros 15 minutes. Reste qu’au lieu de me pointer à la gare à 8h30, je devais y être pour 10h30 – ÇA, ça fait une différence! En plus, en partant d’une plus plus petite ville, j’ai pas eu à payer le stationnement. Bref, c’est une bonne idée de bien regarder toutes les options avant d’acheter son billet!


Donc samedi, 13 juillet, je quitte Trois-Rivières vers 9h, j’arrive vers 10h à Drummondville, je gare ma p’tite voiture gratuitement et j’attends, jusqu’à ce que j’entende « tchhhouuuu tchhouuuuu ». J’ai des petits papillons dans l’ventre. C’est niaiseux ein, j’ai l’air d’une enfant, mais en même temps, c’est vrai pis ça me plaît. Le jour où je vais arrêter d’avoir des papillons dans le ventre quand je pars sur un trip, peu importe son ampleur, ben ça va être signe que j’suis due pour un break. Fait que c’est ça ; le train arrive, il chante son « tchou tchou », je ramasse mon backpack, mon sac d’ordi, mon ukulélé et mon équipement photo (on se rappelle que j’suis pas la reine du « voyager léger ») et je me dirige vers le monsieur qui scanne mon billet.


Je prends ma place, comme je m’y attendais il y a beaucoup de places libres à bord. Je m’assieds côté fenêtre, j’ajuste mon siège. Il y a beaucoup de places pour les jambes – presque trop pour moi! Je sais pas trop quoi faire de toute cette espace. La première partie du voyage passe très vite. On passe par St-Hyacinthe, St-Lambert, pis on arrive assez vite à Montréal. La dame qui a réservé mon billet de train m’avait dit que je devais récupérer mon billet pour les autres segments au comptoir de Montréal. C’est ça qui est l’fun avec le train, c’est que les petites gares sont toutes simples, et les grandes gares, elles, sont super bien faites et c’est facile de s’y retrouver, contrairement aux aéroports. Je me dirige donc vers le comptoir, je donne mon nom et une carte d’identité, et la dame me reme